-DECOUVERTES-

Créatrice d’extérieurs et d’intérieurs, Caroline Notté s’installe dans l’ancien atelier ucclois de LouisHerman de Koninck. Le hasard fait bien les choses : le maître de l’architecture rationnelle sera la source et la vitrine de ses inspirations.

par johan-frederik hel Guedj

PRESS_EVENTAIL_2017_PHOTO1
CAROLINE NOTTE

CaroLine notté : le nom évoque la nuit italienne, s’achève sur un accent aigu, note flûtée qui signe sa démarche : finesse et plénitude. Rien de sombre chez cette architecte qui passe le plus clair de son temps à manier lumière et couleurs. Avec une touche très sûre.
Rapide, elle enchaîne les Beaux-Arts, la rigueur de Saint-Luc, la création à La Cambre (“où rien ne suffit jamais, car il faut sans cesse aller plus loin”), un an d’Erasmus à Séville et, en 1998, une thèse sur les patios andalous (“merveilleux mariage de la tradition et du présent”). À New York, elle photographie la ville sous la neige, dans la tempête. Au Kenya, elle escalade le
Kilimandjaro : “Près de 6000 mètres, le manque d’oxygène, c’était lunaire !” Après un parcours initiatique avec Michel
Corbiau, un second avec Lionel Jadot, elle façonne les lieux avec ceux qui les vivent, donne envie d’y entrer et d’y exister, modèle sans brusquer, éclaire en douceur.
Elle a le chic pour mettre du chaud dans du froid, de l’intime dans de l’officiel, de la vie dans de l’inerte. Elle ne grossit pas le trait, elle soustrait, retourne un volume comme un gant, sculpte des courbes cubistes dans l’Espace SAP Lounge, transforme un centre de séminaires à Dubaï en intérieur intime. Après son passage, les bureaux de Kapaza et de Petercam prennent un air de comme chez soi. Elle cuisine les contraires : au restaurant Sésame, un sol en pierre noire et un mur de bois blond ; chez Bonbon, surfaces plates et dures, rondes et douces, gris et beiges soyeux, chaud et moelleux. Ce sont ses couleurs Braque (le peintre). Rieuse et sérieuse, elle ordonne à son braque au pelage gris chaud et soyeux : “Nikita, sit !” Et Nikita se met au garde-à-vous. Caroline Notté a tant de goût pour les formes et les matières qu’elle aurait pu dessiner ce chien.
Elle s’extasie devant le généreux jardin de la maison de Koninck et souligne : “La nature occupe pour moi une place croissante.” Elle y accueille des moments de partage avec des créateurs comme Pol Quadens, Armand Jonckers, Benoît Férond, Isabelle de Borchgrave. Les cinq adresses où elle nous convie sont à son image : exigeantes, éclectiques, aux charmes discrets ou éclatants.

Rouge Pivoine
“Les fondateurs de Rouge Pivoine sont des magiciens de la plante et de la fleur, des architectes du végétal. Je les connais depuis des années, et rien que passer devant la vitrine me donne un plaisir fou. Tout est beauté du geste. Tout a de la prestance, et leur créativité a du cœur. Ils s’attachent aux fleurs de saison. Pour mes créations événementielles, je fais toujours appel à Alain. C’est la touche finale, où l’accessoire devient essentiel.”

572 chaussée de Waterloo, Ixelles

Alice Gallery
“Alice est une amie d’enfance. Avec son mari Raphaël, ils ont été à Bruxelles les précurseurs du street art que je collectionne depuis toujours. Sans craindre un conformisme belge, ils ont lancé ici des artistes comme Delta, Maya Hayuk ou Sozyone Gonzalez. Cette galerie, élégante et dénudée, murs blancs et sol de béton ciré, lui correspond en tout point.”

4 rue du Pays de Liège, Bruxelles Tél. 02 513 33 07 – www.alicebxl.com

Belle et Vie
“Fiona a créé cette adresse qui offre des soins de bien-être et de beauté avec générosité. Tous les thérapeutes que j’y ai rencontrés sont attentifs. L’équipe et les soins varient avec beaucoup d’âme et une belle énergie. Ils travaillent l’ancrage de soi. J’aime ce qu’ils font, la décoration est belle, les produits agencés de façon judicieuse, les fleurs toujours présentes.”
1443 chaussée de Waterloo, Uccle Tél. 02 374 65 12 – www.belletvie.be

Bonbon (le salon d’artisan)
“L’enthousiasme et la créativité de l’équipe m’ont épatée. Leur cuisine dégage une énergie rare et ils soignent l’accueil. J’ai créé pour eux ce boudoir, dans l’esprit de leur ‘salon d’artisan cuisinier’, où les dîneurs n’ont pas la sensation d’entrer dans un restaurant. On est là pour lâcher prise, avant de savourer. C’est l’un des privilèges de Bruxelles, où l’espace est plus accessible que dans d’autres capitales, d’offrir de telles bulles. Et c’est le point commun de mes cinq adresses de prédilection : des îlots de sérénité et de bien-être, animés par des gens authentiques que j’admire.”

453 avenue de Tervueren, Woluwe-Saint-Pierre Tél. 02 346 66 15 – www.bonbon.restaurant

Diito
“Cette équipe de déco a ouvert deux magasins, rue de l’Aurore, puis dans le quartier Dansaert. Ils sont quatre, charmants, ambitieux, et c’est leur boutique de la rue de l’Aurore qui a lancé le design scandinave à Bruxelles. Ce qu’ils présentent est toujours beau, délicat et juste, ils ont la clairvoyance de préserver une même ligne depuis toujours, sans dériver au gré des modes. Le dépouillement scandinave va ici de pair avec l’harmonie organique des matières et des couleurs.”
62 rue de l’Aurore, Bruxelles – tél. 02 646 16 10 – www.diito.be

ARTICLE ORIGINAL : 2017-Eventail-Le Bruxelles de Caroline Notté